L'insoutenable légèreté de l'être... une chaise vide

Publié le

Il faisait pourtant soleil

Ce matin là ici aux Tuileries

De vert vêtues toutes pareilles

Plongées dans une douce rêverie

Des chaises offertes en un curieux manège

Et libres et vacantes et pourquoi que sais-je ?

jardin des tuileries chaises vides

A quoi on sert ?

Murmure l'une d'elles

En prise de quête existencielle

Question répétée de suite et de concert


T'inquiète répond une consœur !

On a bien le temps d'ici ce soir

De se prendre à recevoir

Un gros postérieur !

 

"L'insoutenable légèreté de l'être"... pour une chaise vide !


Photo réalisée dans le jardin des Tuileries à paris le 24 juillet 2012

 

A ce même endroit il y a peu, il y avait toute autre animation :

Les oiseaux attaquent...

Et il y a de ça trois ans exactement, un peu plus loin, encore une autre animation : Les Beaux Arts aux Tuileries hier après-midi

 

S'agissant d'un billet existenciel, la superbe chanson "Le Moi et le Je" de Gainsbourg interprétée par Jane Birkin trouve bien place ici, enfin Moi Je... trouve ! 

 

 

Publié dans photographie

Commenter cet article